Menu
FenuaTV
fenuatv
Inscription à la newsletter



Vevo, Le grand rendez-vous de Lucile Guichet


Rédigé le Mardi 14 Septembre 2021 à 11:06 | Lu 44 commentaire(s)


Vevo, le grand rendez-vous. Reportages économiques, sociaux, culturels ou politiques, la journaliste Lucile Guichet nous invite chaque mois, avec ses confrères de la rédaction, à découvrir le fenua d'une façon originale. Le magazine de la rédaction à retrouver chaque mois sur Polynésie la 1ère. A voir absolument.


Lucile, depuis combien de temps présentes-tu "Vevo, le grand rendez-vous" ?
"Avant, le concept était un peu différent, l'émission s'appelait Polynés'îles. C'était uniquement des magazines en français. Il y avait parfois un invité et le plateau était tourné à la rédaction. Et puis la rédactrice en chef de l'époque, Nadine Félix, a voulu changer un peu le concept et mettre des magazines en tahitien sous titrés en français pour que personne ne soit mis de côté. Après, on a réfléchi ensemble à un nouveau nom. Vevo a été créé en septembre 2017. Les plateaux sont tournés en extérieur et il n'y a plus d'invités."

Vevo, "l'écho". Le nom est déjà tout un symbole ?
"C'est ça. On avait réfléchi avec Nadine, Lorenzo Marama et Thomas Teriiteporouarai. On voulait trouver un nom qui soit assez court, facile à retenir et qui en même temps ait du sens. On avait trouvé que Vevo résonnait bien. C'est le grand rendez-vous de la rédaction et c'est sensé être l'écho de la Polynésie."

En plus de présenter Vevo, tu vas toujours sur le terrain ?
"Oui, Vevo, c'est en plus de mon travail de journaliste sur le terrain. A côté je fais des reportages, surtout pour la télévision et je m'occupe aussi souvent du site internet, du cross-posting sur les réseaux sociaux et de temps en temps de la radio. Mais Mon cœur de métier, c'est le reportage télé pour l'actualité."

Quel a été le reportage qui t'a le plus marqué ?
"Il y a eu un magazine sur les athlètes handisport qui a été tourné par Nicolas Suire et c'était une belle leçon de vie, ces athlètes qu'on ne met pas assez en lumière. C'était un magazine très fort. C'est vrai que même quand il y a des courses de pirogues, on oublie un peu qu'il y a cette catégorie là alors qu'ils s'entraînent aussi dur que les autres. En plus, c'est un parcours de vie, il y a un combat personnel. Il y a eu aussi un magazine qu'on a tourné avec Marcel Bono sur la maltraitance infantile. Je sais qu'il y a beaucoup à faire. Et quand ça touche les enfants, forcément … J'ai des enfants moi même et je me souviens quand j'ai commencé comme journaliste, que j'allais aux assises et qu'on traitait d'enfants maltraités, d'enfants violés, d'inceste, à chaque fois j'avais le cœur au bord des larmes et je voulais tous les adopter. Ce sont des magazines qui m'ont marquée."

Comment choisis-tu les sujets ?
"En fait l'idée, c'était qu'il fallait une case magazine pour la rédaction. Il y a beaucoup d'émissions comme Patitifa faites par des boites de production dont la chaîne achète les magazines, mais Tevo, c'est 100% rédaction, cela répond à un besoin des journalistes à la rédaction d'aller parfois plus loin sur des thématiques précises. Dans l'actualité, tout va très vite et parfois c'est frustrant et on aimerait passer plus de temps dessus. Du coup, ce sont vraiment les journalistes qui sont force de proposition et qui proposent tel ou tel sujet en rebondissant sur des sujets d'actualité qui sont peut être traités dans le journal et qu'ils souhaiteraient approfondir d'avantage. On en parle avec la rédaction en chef et en général c'est carte blanche. Après, quand on construit l'émission, j'essaye toujours qu'il y ait un sujet un peu plus "société" qui fait écho à un fait d'actualité et ensuite un sujet magazine un peu évasion, où on va dans les îles, où on voit quelque chose de plus culturel, une légende, un site particulier. Où on respire."

Pratique

Vevo, le grand rendez-vous. A voir un mercredi par mois sur Polynésie la 1ère.
Ce mois-ci :
la situation sanitaire au Japon où une équipe de Polynésie la 1ère a suivi les athlètes des JO au plus près dans un contexte sanitaire très tendu ;
Le portrait d’Yves Scanzi à Mangareva, collectionneur passionné qui écume les chantiers pour exhumer des pièces anciennes du quotidien ;
- Le portrait du chanteur Eto.





Dans la même rubrique :
< >




Fenua TV




Inscription à la newsletter





Partager ce site

Suivez-nous sur...
Facebook
Twitter
Tahiti Infos


Le coin des twittos

Une élue néo-zélandaise s’est rendue à vélo à la maternité pour accoucher

C’est à vélo que Julia Anne Genter, élue écologiste néo-zélandaise, s’est rendue à la maternité pour accoucher, dans la nuit du samedi 27 au dimanche 28 novembre 2021. Le moyen de transport utilisé semble surprenant pour une femme enceinte au terme de sa grossesse. Mais ce n’est pas une première pour cette jeune maman.








FenuaTV by night - les galeries
image 23
image 22
La famille Brunet de sortie ! (Fest. Te Hura Nui - Sofitel Tahiti Ia Ora Beach Resort).
DSC_0364
Lucien et la Team Rétro ! (Rétro).
Christelle et Carole.
Audrey, Fare, Nainoa et Hiti.
Team Millésime & Brapac ! (Dégustation whisky – Millésime).
Kiki & Friends (Rétro).