Menu
FenuaTV
fenuatv

Inscription à la newsletter



Stéphanie McKenna : « Les Polynésiens se livrent de façon très naturelle »


Rédigé le Mercredi 27 Juillet 2022 à 14:45 | Lu 56 commentaire(s)


Elle effectue actuellement des castings pour deux tournages prévus en Polynésie en août/septembre prochain. Stéphanie McKenna nous précise quelles sont ses attentes et comment elle procède pour faire son choix d’actrices et d’acteurs.


Tu es chargée de faire le casting pour deux projets, peux-tu nous en dire plus ?
« Je dois, d’une part trouver des actrices et acteurs pour un court métrage contemporain du réalisateur polynésien Heiremu Pinson. C’est un projet à l’écriture très subtile, dans le genre film d’auteur, il y a de nombreux non-dits, des observations. D’autre part, il me faut trouver celles et ceux d’un long métrage, un film d’époque avec un super scénario, lui aussi subtil et délicat. »

Quand auront lieu les tournages ?
« Ils démarreront fin août, début septembre. Enfin, normalement. Ce sont des projets qui auraient dû avoir lieu plus tôt et qui ont été reportés. Le tournage du court-métrage devrait durer environ trois semaines, celui du long métrage, six semaines. Ils auront lieu tous les deux à Tahiti et, pour le long métrage, un peu aussi à Moorea même si l’histoire se situe aux Marquises. »

Combien de temps les acteurs seront-ils mobilisés ?
« Ils n’ont pas à suivre tout le tournage bien sûr, en général, ils viennent pour quelques jours seulement, un, deux, trois. »

Reçois-tu beaucoup de candidats ?
« En réalité, les jeunes surtout, sont peu enclins à faire du cinéma, c’est trop loin d’eux, ils pensent que ce n’est pas pour eux, ils sont vite gênés, ils ont honte. Et c’est fort dommage. Car cela peut être une opportunité professionnelle, c’est aussi et surtout, une superbe expérience de vie. Je prends pour exemple Pua-Tai Hikutini, second rôle masculin dans le film Gauguin. Il a longtemps hésité avant de passer le casting. Il a fini par accepter, il a fait un premier essai au cours duquel il a été vraiment magnifique. Il avait un charisme fou, comme ont beaucoup de Polynésiens. Et avec le recul, il n’a aucun regret, bien au contraire. »

Faut-il avoir de l’expérience pour se présenter ?
« Non, je ne cherche pas des gens avec une grande expérience dans le cinéma, il y en a très peu sur le territoire. Je cherche des gens qui sont eux-mêmes, qui sont authentiques. Les Polynésiens ont une manière très naturelle et sincère d’être quand ils se livrent. Et c’est très exactement ce qu’il faut. »

Tu cherches différents profils pour ces deux projets n’est-ce pas ?
« En effet, pour l’instant je me concentre sur les rôles principaux et les seconds rôles. Pour le court-métrage, il faut des jeunes. Pour le long métrage, les deux premiers rôles dont Victor Segalen seront interprétés par Antoine de Foucaux et Nicolas de Lavergne, mais il faut également quelqu’un pour jouer un réfugié vietnamien, Sara que Gauguin a peinte et photographiée ainsi que d’autres femmes qu’il a rencontrées, un vieil homme tahitien qui aidait Gauguin... Une anecdote : des descendants du réfugié vietnamien se sont fait connaître et l’un d’eux a même passé le casting ! »


Concrètement comment se passe le casting, quelles sont les étapes ?

« D’abord, il faut s’inscrire. Ensuite, en fonction du projet les attentes ne sont pas les mêmes, pour le court-métrage, nous sommes assez libres au niveau du texte, il n’est donc pas nécessaire de connaître un dialogue sur le bout des doigts. Nous sommes plus à cheval pour le film d’époque, toutefois, ce qui importe et surtout au début, c’est de se sentir à l’aise, d’être sincère, d’être capable d’oublier la caméra. »

Tu dis, au début, est-ce parce que tu vois plusieurs fois les candidats ?
« Oui, on se voit plusieurs fois. Et à chaque fois, j’aime prendre le temps avec chacun. J’essaie vraiment de le faire dans la mesure du possible. On discute, j’instaure un dialogue, ensuite, on fait de petits exercices, je demande aux candidats de se présenter et je les filme. Parfois, les candidats viennent pour un rôle et au fur et à mesure des échanges je me dis qu’ils conviendraient mieux pour un autre rôle, rien n’est vraiment arrêté à l’avance. »

Tu dis ne pas chercher de professionnels du cinéma, comment feront les candidats retenus pour savoir quoi faire pendant le tournage ?
« Toutes celles et tous ceux qui seront retenus seront aidés avant le tournage. Il y aura une préparation, il ne faut pas avoir de craintes à ce niveau-là. »


Comment ton activité de casting s’est-elle mise en place ?
« J’ai démarré en accueillant des tournages, en faisant des castings pour de la photographie. De fil en aiguille, j’ai travaillé sur le casting du film Gauguin et le film l’Oiseau de Paradis, un peu également sur Pomare ou bien Pacifiction. J’ai eu la chance d’être accompagnée par Julie Navarro, une directrice de casting venue pour chercher les rôles principaux du film Gauguin, on a travaillé ensemble. Elle m’a aidée en me faisant découvrir les étapes clés d’un casting. »





Pratique

Vous avez envie de tenter l’expérience Cinéma ? Vous pouvez envoyer votre candidature par mail (de préférence). Précisez vos nom, prénom, contacts (mail et téléphone), date de naissance, ville de résidence, occupation dans la vie (travail, étude…). Pensez à envoyer des photos (portrait + une où on vous voit en entier).
Pour ces deux castings, plusieurs profils sont recherchés : un homme âgé typé Tahitien sec - un homme typé asiatique entre 30-45 ans - une femme demi Polynésienne aux cheveux roux - jeunes hommes et femmes, Typé Polynésiens 18-20 ans - femmes, hommes, enfants typés polynésiens / marquisiens - femmes, hommes, enfants typés Popaa
Contacts : castingfilmtahiti@gmail.com
Facebook : CASTING TAHITI
Tél. Stéphanie : 87 79 92 31 -

Loin de la route : un long métrage sur Victor Segalen
Hiva-Oa, 1903. Paul Gauguin vient de mourir. Victor Segalen, jeune médecin de Marine se rêvant écrivain, reçoit l’ordre d’aller récupérer les biens du peintre. Peu à peu, il développe une relation post-mortem étrange et ambiguë avec l’artiste. Loin de la route est une adaptation libre de la bande-dessinée éponyme de Christophe Gaultier et Maximilien Le Roy, associée à la lecture intégrale de la Correspondance et des Œuvres Complètes de Victor Segalen, ainsi que des manuscrits de Paul Gauguin.

Sous le feuillage des verts tamariniers
Le court-métrage contemporain raconte l’histoire de Manate, jeune polynésien de la campagne tahitienne. Il mène une vie simple, rythmée par son travail au marché, les baignades avec ses amis et les quelques contrats de photographe de mariage qu’il décroche occasionnellement. Manate a un rêve : devenir photographe. Il envisage pour cela de s’engager dans l’armée, sa seule chance pour atteindre son objectif et vivre de sa passion. Alors qu’il se prépare à prendre un nouveau départ en laissant derrière lui sa famille et ses amis, Vairumati, son amour de jeunesse, rentre de France, pour les vacances scolaires…





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 27 Juillet 2022 - 15:17 Mike et Tiare-Nui, l’inséparable duo de l’info

Jeudi 9 Juin 2022 - 14:45 Tahiti Fashion Week : le renouveau !





Votre Fenua TV Mag de la semaine


LE SUPPLEMENT




Inscription à la newsletter




Partager ce site

Suivez-nous sur...
Facebook
Twitter
Tahiti Infos


Le coin des twittos







FenuaTV by night - les galeries
image 23
image 22
La famille Brunet de sortie ! (Fest. Te Hura Nui - Sofitel Tahiti Ia Ora Beach Resort).
DSC_0364
Lucien et la Team Rétro ! (Rétro).
Christelle et Carole.
Audrey, Fare, Nainoa et Hiti.
Team Millésime & Brapac ! (Dégustation whisky – Millésime).
Kiki & Friends (Rétro).