Menu
FenuaTV
fenuatv
Inscription à la newsletter



Mercredi 21 mars à 20h55 sur France 3 : PÉDOPHILIE, UN SILENCE DE CATHÉDRALE


Rédigé le Mercredi 21 Mars 2018 à 08:40 | Lu 90 fois | 0 commentaire(s)


Agressés sexuellement dans l’enfance par un membre du clergé, de nombreux hommes et femmes sortent aujourd’hui du silence pour raconter leur calvaire et dénoncer l’omerta qui règne au sein de l’Église catholique. Ce film, qui donne la parole à plusieurs d’entre eux, retrace leur courageux combat pour obtenir justice.


Ils s’appellent David, Olivier, Audrey, Claudine ou Patrick et viennent de partout en France. Tous affirment avoir été abusés par un prêtre pédophile alors qu’ils avaient 8, 10, 12 ans… Un traumatisme qui les a accompagnés tout au long de leur vie et qu’ils ont tu jusqu’à maintenant. S’ils ont décidé de briser le silence sur leur agression, c’est en grande partie grâce à François Devaux, Alexandre Hezez et Bertrand Virieux. Trois pères de famille lyonnais qui, dans les années 1980 et 1990, ont fait partie du groupe de scouts créé par le père Preynat, à Sainte-Foy-lès-Lyon, et subi ses assauts. Malgré le signalement de leurs parents respectifs à l’époque, Alexandre découvre par hasard, en surfant sur Internet, que leur bourreau, muté dans un autre diocèse, n’a jamais été inquiété et est toujours au contact d’enfants, protégé par sa hiérarchie depuis près de vingt-cinq ans.

On est alors fin 2014. Il décide d’agir et demande au cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, de démettre le père Preynat de ses fonctions. Devant l’absence de réaction de la part des autorités ecclésiastiques, Alexandre écrit simultanément au procureur de la République et au pape. Et la justice civile semble mieux fonctionner que celle de l’Église. L’enquête de police mise en œuvre remonte rapidement vers d’autres anciens scouts, dont François, qui, surpris de voir ressortir une affaire qu’il pensait réglée depuis longtemps, décide d’alerter les médias locaux et témoigne à visage découvert. Après avoir lu un article dans la presse sur ce sujet, Bertrand le contacte. Les trois hommes, qui ne se connaissaient pas, décident de faire front commun face à la puissante Église catholique.

Pour cela, ils créent l’association La Parole libérée, avec un site internet et un compte Facebook, et organisent leur première conférence de presse en janvier 2016. En portant plainte contre leur agresseur mais aussi contre l’archevêque de Lyon pour non-dénonciation de faits pédophiles, les trois hommes donnent du courage à des centaines d’autres victimes à travers la France qui osent enfin parler. Certains sont trop âgés pour pouvoir porter leur propre affaire devant la justice, mais tous se battent pour faire éclater la vérité.

À 22h35 Carole Gaessler échangera sur le thème prêtres pédophiles « Et maintenant que fait l'Eglise ? » aux côtés de :

Monseigneur Luc Crépy, évêque du Puy-en-Velay, président de la cellule permanente de lutte contre la pédophilie au sein de l’Église catholique.
Isabelle de Gaulmyn, rédactrice en chef du journal « La Croix »
François Devaux, président de l’association « La Parole Libérée »
Le Père Stéphane Joulain, prêtre et psychothérapeute, il reçoit victimes et auteurs de violences sexuelles
Olivier Savignac, victime d’un prêtre pédophile

Silence brisé

Témoigner pour se libérer ? Un acte difficile pour celles et ceux qui ont été victimes de pédophilie.

Diffusé le 12 mars après le Soir 3 dans la case « Qui sommes-nous ? » sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, Grand Est, Occitanie, Centre-Val de Loire, Nouvelle-Aquitaine, Hauts-de-France, Bourgogne-Franche-Comté,

Depuis plusieurs années, les affaires de pédophilie se révèlent dans l’Église catholique, dans l’Éducation nationale, dans la sphère familiale… là où les enfants se sentent en confiance, en sécurité. Grâce à certaines associations, comme La Parole libérée, à Lyon, des victimes s’expriment et les scandales éclatent. Les agresseurs sont alors présentés à la justice. Mais, parfois, les personnes agressées mettent des années avant de trouver la force d’en parler, et il est alors trop tard, car le délai de prescription est dépassé. À travers des témoignages, ce film tente de nous faire comprendre pourquoi ce fléau a si longtemps été nié et pourquoi les victimes gardent le silence.

Réalisation : Sylvie Cozzolino — Production : Les Films du Hasard / France 3 Auvergne-Rhône-Alpes — Durée : 52 minutes








Votre magazine à feuilleter




Inscription à la newsletter





Partager ce site

Suivez-nous sur...
Facebook
Twitter
Tahiti Infos


Le coin des twittos


image_12.png image.png  (690.61 Ko)







FenuaTV by night - les galeries
DSC_0364
DSC_0360
Lucien et la Team Rétro ! (Rétro).
Christelle et Carole.
Audrey, Fare, Nainoa et Hiti.
Team Millésime & Brapac ! (Dégustation whisky – Millésime).
Kiki & Friends (Rétro).
Whitmer et Aurélya (3B).
Tamara et Théodore (Concert Vianney – Casa Mahina).