Menu
FenuaTV
fenuatv
Inscription à la newsletter



Matavai, dernière-née des bières de fenua


Rédigé le Lundi 6 Juillet 2020 à 08:59 | Lu 261 commentaire(s)


Les amateurs de bières seront heureux d’apprendre qu’une nouvelle brasserie s’est installée à Tahiti et qu’elle propose quatre nouvelles bières artisanales.


Un hangar au fond de la route de l’Eau royale. La porte entrebâillée laisse entrer la lumière dans une première pièce encombrée où des centaines de bouteilles de bière vides attendent leur tour sur des racks collés au mur. Au centre de ce décor brut et authentique, sans fioritures ni ornement, se loge un comptoir de dégustation et quelques tabourets. Des arômes suaves de malt et de houblon baignent les lieux.
Derrière le bar, Matthieu Daumont nous accueille.Ce jeune entrepreneur de 40 ans brasse de la bière, mais aussi des idées.

Après avoir passé quinze ans au service marketing d’un gros importateur-distributeur de boissons en Polynésie française, ce petit-fils de vigneron nous confie : “J’ai toujours eu le goût des alcools de qualité et je me suis tourné vers la bière parce que c’est un domaine qui m’intéresse. A Tahiti il y a un potentiel. Ce n’est pas un domaine qui est beaucoup exploité alors qu’il se développe énormément en métropole, aux Etats-Unis ou en Nouvelle-Zélande. Il y a de plus en plus de petites brasseries qui naissent un peu partout. C’est un domaine en pleine expansion et c’est vraiment par passion que je me suis lancé dans ce secteur”.

Pour faire venir le matériel nécessaire à l’installation de cette nouvelle brasserie, Matthieu a vécu “une formidable aventure humaine”. Il précise : “Quand je me suis lancé dans le projet, j’ai commencé à chercher du matériel. Je savais à peu près ce que je voulais et j’ai fini par trouver une brasserie d’occasion installée au fin fond du Finistère. Elle s'appelle “la Brasserie du Bout du Monde”, alors j’ai vu ça comme un signe. C’était la machine que je cherchais : une vieille brasserie anglaise d’une petite trentaine d’années qui a fait ses premières armes en Angleterre, puis a traversé la Manche lorsqu’elle a été rachetée par des Français, qui l’ont finalement vendue parce qu’ils avaient besoin d’augmenter leur capacité de production. Elle a toujours fait de la bonne bière, c’est ce qui m’a poussé à l’acheter. Et surtout c’est une brasserie qui a très peu d’automatismes, très peu d’électronique. Elle est assez simple d’utilisation. C’est vraiment le talent du brasseur qui fait les bières sur ce type de machine, c’est ça qui m’attirait aussi. Quand on est à l’autre bout du monde, ça limite les pannes, c’est beaucoup plus simple à réparer”.
Une fois la brasserie trouvée, Matthieu est parti la démonter lui-même en Bretagne et la mettre dans un conteneur. Elle est arrivée fin janvier à Tahiti. Après un petit mois pour la remonter, la mettre en fonctionnement et lancer les tests, la crise du coronavirus est survenue. Le planning initial a donc pris un peu de retard, mais le brasseur est maintenant fin prêt pour produire et commercialiser sa production.

Plus expert en marketing qu'en brassage, Matthieu s’est alloué les services de Loan Le Moal, un brasseur professionnel, qu’il a recruté en même temps que la machine : “Pour la réussite du projet, il était impératif de trouver un brasseur et j’ai eu la chance de rencontrer un brasseur breton”, explique Matthieu. “Il n’était pas vendu avec la machine mais pas loin. Je lui ai exposé mon projet, lui ai proposé le lancement en Polynésie, une aventure qui partait de zéro, toutes les recettes devaient être créées, il fallait tout monter… Il a signé pour l’aventure. C’est un énorme coup de chance de l’avoir rencontré. C’est un jeune brasseur de talent, un vrai passionné. Il appartient à la première génération de brasseurs à avoir suivi une formation dans ce domaine. Il est donc à la pointe sur tous les aspects de la production, de l’analyse ou de la microbiologie.”

Brasser des bonnes bières est tout un art. Il est évidement nécessaire de disposer d’ingrédients de qualité, mais c’est le talent du brasseur et sa maîtrise de l’alchimie qui permettent d’obtenir de produits remarquables.

Matthieu nous dévoile sa vision personnelle de ses recettes : “le choix des ingrédients en brasserie artisanale est vraiment très important : le choix du houblon, il y a énormément de variétés, le choix des malts, il y a beaucoup de choix aussi, et bien sûr les épices. On a fait des recettes qui nous plaisent, gourmandes, à travers lesquelles on sent vraiment les ingrédients, on sent les céréales”.

La brasserie Matavai propose dans un premier temps quatre types de bières : blonde, blanche, ambrée et triple mais ne compte pas en rester là : “C’est ce qui est bien dans la brasserie artisanale, c’est qu’il y a tout à créer. On peut incorporer beaucoup d’ingrédients. On a lancé des tests avec des fruits et des épices locaux. A terme, nous produirons soit des cuvées éphémères, soit des cuvées un peu spéciales. Nous avons beaucoup de de projets”.

Jérémy Brément, ami de Matthieu, est venu rejoindre le projet. Œnologue de formation, il a le verbe haut et la passion communicative. Il se charge de faire connaître et de commercialiser Matavai.

Ils ne sont donc que trois, dans une petite brasserie indépendante des grands groupes du fenua, pour relever un défi de taille, faire que Matavai trouve sa place dans le monde des bières polynésiennes.

De gauche à droite : Loan Le Moal, Matthieu Daumont et Jérémy Brément.
De gauche à droite : Loan Le Moal, Matthieu Daumont et Jérémy Brément.

OU TROUVER MATAVAI ?

Matavai est vendue pour le moment dans les espaces Millésime à Arue, Papeete et Punaauia. Dans un avenir proche, elle sera disponible dans les restaurants, les bars et les magasins.




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 21 Juillet 2020 - 10:09 L'autobiographie de Teheiura en prévente



FenuaTV by night - les galeries
La famille Brunet de sortie ! (Fest. Te Hura Nui - Sofitel Tahiti Ia Ora Beach Resort).
Team Hitireva ! (Fest. Te Hura Nui - Sofitel Tahiti Ia Ora Beach Resort)
DSC_0364
Lucien et la Team Rétro ! (Rétro).
Christelle et Carole.
Audrey, Fare, Nainoa et Hiti.
Team Millésime & Brapac ! (Dégustation whisky – Millésime).
Kiki & Friends (Rétro).
Whitmer et Aurélya (3B).