Menu
FenuaTV
fenuatv

Inscription à la newsletter



Marara 2022 », un documentaire raconte l’édition internationale


Rédigé le Lundi 19 Septembre 2022 à 15:51 | Lu 25 commentaire(s)


Les journalistes de Polynésie la 1ère Jacques Damour et Inatio Raveino ont suivi l’édition 2022 de l’opération Marara. Ils en ont tiré le documentaire de 26 minutes intitulé « Marara 2022 ». Jacques Damour revient sur le tournage qui a eu lieu en mai 2022.


Quand l’exercice a-t-il eu lieu ? L’avez-vous suivi dans sa totalité ?
« Marara 2022 a eu lieu du 8 au 18 mai dernier à Huahine, Raiatea et Bora Bora. Nous avons suivi la dernière semaine de manœuvre. Raiatea n’a accueilli aucun aéronef militaire car les autorités militaires n’ont pas obtenu d’autorisation. C’est pourquoi nous n’avons pas jugé utile de nous rendre sur cette île. Il n’y avait que des exercices à terre. Nous nous sommes concentrés sur les opérations menées à Huahine, Bora Bora pour la partie terrestre. Nous nous sommes mis en immersion. Nous avons également embarqué sur le Bougainville pour tenter de montrer le quotidien de l’équipage. Nous avons rapporté plus de quatre heures d’images pour l’ensemble du travail de terrain. »

Pourquoi avez-vous eu envie de suivre l’opération cette année ?
« Marara est un exercice militaire que connaissent bien les Polynésiens. Mais cette année, il était particulier car, pour la première fois, c’était une version internationale. Au total il y avait une douzaine de nations : la France bien sûr mais aussi les États-Unis, l’Australie, le Canada, la Corée du sud, les Îles Cook, le Japon… Nous avons souhaité montrer la coopération entre ces nations, l’interopérabilité. »

Toutes ces nations avaient-elles envoyé des moyens humains et matériels ?
« Un millier de militaires a participé à l’exercice, 45% étaient des militaires des forces armées françaises, 45 % des forces armées américaines. Les 10% restant étaient des renforts français de métropole et de Nouvelle-Calédonie. Tous les autres pays ont participé en envoyant un ou plusieurs officiers de leur État-major. »

Et au niveau des moyens matériels ?
« Les Américains ont dépêché l’USS Pearl Harbor de San Diego, c’est un navire de transport de chalands et de débarquement. Ils ont aussi envoyé un avion Hercules C130J de l’US Air Force. La France a mis à disposition le bâtiment de soutien et d’assistance Bougainville, le patrouilleur Arago, un aéronef Gardian de la flotille 25F et un Alouette III de la 34 F. »

Avez-vous eu des difficultés particulières ? Avez-vous pu filmer tout ce que vous souhaitiez ?
« Je suis journaliste accrédité défense, nous avons vraiment eu, Inatio et moi, carte blanche. La marine nationale nous a permis de filmer sans aucune restriction l’ensemble des manœuvres. Il en a été de même à terre à Huahine avec les forces franco-américaines en présence. Nous avons été accompagnés par un officier de la communication qui nous a aidé lors des interviews. Nous avons fait une vingtaine d’entretiens pendant le tournage. L’armée utilise de nombreux sigles et codes, or nous nous adressons, nous, au grand public. Il a donc fallu faire un effort sur ce point-là pour que les interviewés prennent l’habitude d’expliciter les termes peu voire pas connus du plus grand nombre. L’officier de la communication est intervenu à ce niveau. »

Marara 2022 se termine à Bora Bora avec une cérémonie, peux-tu nous en dire plus ?
« C’était un temps fort mémorable. La cérémonie de clôture a eu lieu le 18 mai avec un défilé des troupes. C’était l’occasion de commémorer les 80 ans de l’opération américaine Bobact. Cette commémoration s’est déroulée en présence de quelques descendants de GI qui sont tous septuagénaires à présent. À ce propos, Jean-Christophe Shigetomi et l’association mémoire polynésienne Porinetia Ha’amanao nous ont aimablement autorisé à utiliser des images noir et blanc de l’époque pour illustre la période traitant de la présence américaine à Bora Bora. »

Marara, sauvetage et assistance grandeur nature
L’opération Marara est un exercice militaire grandeur nature coordonné par l’amiral commandant les forces armées en Polynésie française. Elle consiste en des débarquements maritime, ravitaillements par les airs, manœuvres navales et maintien de l’ordre à terre. Les forces armées s’entraînent, grâce à cet exercice, à porter assistance à la population suite à une catastrophe naturelle, comme un cyclone. Divers scénarii sont imaginés pour l’occasion. Cette année, le gros de l’opération s’est tenu à Huahine. Les militaires étaient censés intervenir alors que l’île venait d’être ravagée par un cyclone, la population, toujours selon le scénario, manquait d’eau et de vivres. Une goélette avait été envoyée de Tahiti pour ravitailler l’île et venir en aide au plus sinistré. En mer, l’assistance devait être portée à un voilier à la dérive et à ses quatre passagers portés disparus.

À (re)voir
Actualité, société, culture, politique, économie : une fois par mois, partez à la découverte de la Polynésie par le biais de reportages variés. Ces reportages sont diffusés dans le magazine Vevo puis disponibles en replay sur le site internet de Polynésie la 1ère.
FB : Vevo, le grand rendez-vous




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 22 Septembre 2022 - 11:07 Mon Tane est un farani : de la scène à la chaîne

Lundi 19 Septembre 2022 - 16:04 Hot Fridge, premier concours culinaire télévisé





Votre Fenua TV Mag de la semaine




Inscription à la newsletter




Partager ce site

Suivez-nous sur...
Facebook
Twitter
Tahiti Infos


Le coin des twittos







FenuaTV by night - les galeries
image 23
image 22
La famille Brunet de sortie ! (Fest. Te Hura Nui - Sofitel Tahiti Ia Ora Beach Resort).
DSC_0364
Lucien et la Team Rétro ! (Rétro).
Christelle et Carole.
Audrey, Fare, Nainoa et Hiti.
Team Millésime & Brapac ! (Dégustation whisky – Millésime).
Kiki & Friends (Rétro).