Menu
FenuaTV
fenuatv

Inscription à la newsletter



Le rire comme remède


Rédigé le Jeudi 21 Avril 2022 à 14:53 | Lu 70 commentaire(s)


Guilhem et Jean-Pierre sont, sur scène, Nonono and Eber. Ils sont deux clowns amoureux, poètes, rêveurs, passionnés. Après avoir été dentiste et pharmacien, ils ont choisi le rire et l’émotion pour prendre soin des autres.


Le rire comme remède
Vous allez jouer votre spectacle à Tahiti pour la première fois, pouvez-vous nous raconter de quoi il s’agit ?
Guilhem : « C’est un spectacle de clown, très visuel donc. Sur la totalité, il y a 95% de gestuelle sans parole. Nous emmenons le public, le faisons rire, mais aussi pleurer, nous jouons avec les émotions. Il y a également beaucoup d’inattendu et un peu d’absurde. Ce sont des sketches qui s’enchaînent avec différents personnages. Toutefois, il y a un lien entre ces sketches, un fil directeur, c’est l’amour dans toute sa diversité. »
Jean-Pierre : « Ce spectacle ressemble à notre propre histoire, il est question de la Polynésie, notre pays de cœur, nous y parlons d’endroits où nous avons vécu, mais aussi du corps médical car nous avons été pendant longtemps dentiste et pharmacien, et de notre rencontre. »

Il existe différents types de clowns avec des personnalités marquées, qui sont Nonono et Eber ?
Guilhem : « Je suis Nonono, celui qui dit toujours non, Jean-Pierre est Eber. Ce sont des clowns modernes, sans perruque, ni déguisement. Nous ne portons pas non plus un énorme nez rouge. Il y a le clown blanc, un peu bouffon, le rêveur. Le personnage du clown est en réalité l’acteur qui l’interprète. Sur scène, c’est nous en un petit peu caricaturé, les gens qui nous connaissent bien nous retrouvent. Nous apportons notre humanité et notre vie. »
Jean-Pierre : « Le clown fait appel à ton enfance, il révèle l’enfant qui est en toi. »

Qui êtes-vous donc ?
Guilhem : « Nous sommes arrivés il y a 18 ans dans le Pacifique pour le service militaire. Nous nous sommes rencontrés dans ce cadre. »
Jean-Pierre : « C’est moi qui ai passé le collier de fleurs à Guilhem à son arrivée. Nous avons été dentiste et pharmacien à Tahiti et, il y a dix ans, nous avons souhaité changer de vie, voir du pays. Nous sommes partis mais en revenant régulièrement ici. »

Où êtes-vous allés et qu’avez-vous fait ?
Guilhem : « Au Brésil, aux États-Unis, actuellement, nous vivons au Panama. L’idée était de se former au théâtre, j’en avais fait un peu à Tahiti. Jean-Pierre lui a préféré la peinture, le dessin, les arts plastiques en fait, mais nous avons fini par nous retrouver sur scène tous les deux. »

Comment êtes-vous devenus clowns ?
Guilhem : « À San Francisco j’ai pris des cours au conservatoire de clowns pendant 8 mois. J’ai eu l’occasion de faire quelques performances, de me connecter avec le milieu. Je suis même allé à un festival de clowns en Chine, à Shangaï. Nous étions deux de l’école à partir. »

Jean-Pierre : « Pendant ce temps-là, j’ai poursuivi mon chemin dans les arts plastiques, en prenant des cours de Welding sculpture notamment, c’est de la sculpture soudée, une forme d’art dans laquelle la sculpture est réalisée à l’aide de techniques de soudage. »

Guilhem : « Et puis un jour, j’ai eu envie de prendre des cours avec Jango Edwards, c’est un comédien et clown de très grande renommée. Il est installé à Barcelone, il est l’un des plus grands clowns de la seconde partie du XXe siècle. Il a, par exemple, joué régulièrement dans l’émission Nulle part ailleurs avec Antoine de Caunes et José Garcia, il a mis en scène l’Ultimate recital de Marianne James, et j’en passe. Pour pouvoir suivre ses cours, il m’a fait passer un entretien téléphonique. »

Il avait dû sentir que nous avions des choses à faire ensemble sur scène. C’est grâce à cette rencontre que Nonono et Eber sont nés, que notre spectacle Bee my baby a vu le jour. »

Ce spectacle a donc plusieurs années maintenant ?
Jean-Pierre : « En 2019-2020, alors que nous étions à l’école de Jango Edwards nous avons mis au point des sketches. Jango est devenu notre papa clown, notre mentor. Il est resté en back office pour la mise en scène du spectacle. Lors du premier confinement, nous avons finalisé le spectacle sur la base des sketches emmagasiné avec pour objectif de le jouer au festival d’Avignon. Ce que nous avons fait. En 2021, nous l’avons joué 12 fois à Avignon. Nous l’avons présenté à Jango, mais aussi à l’école de San Francisco. Il a reçu un très bon accueil, au-delà de ce que nous espérions. Depuis, on se régale, on le joue partout, nous sommes allés au Costa Rica, au Panama et maintenant, Tahiti. Nous sommes vraiment heureux de pouvoir le proposer ici ! »

Après Tahiti, Moorea, et même sans doute Tikehau, où irez-vous ?
Guilhem : « Nous irons au festival du clown de Zagreb, à Naples et sans doute à Marrakech. Et bien sûr, nous reviendrons à Tahiti. »



Un spectacle pour la bonne cause
Le 21 avril au Paradise à Papeete. Tarif : 1 000 Fcfp pour les + de 26 ans, 500 Fcfp pour les – de 26 ans. Les fonds seront entièrement reversés à l’association Cousins Cousines.
Le 7 mai à Haapiti à 19h30 au QG.

Bee my baby : l’amour dans toute sa diversité
Nonono et Eber alias Guilhem et Jean-Pierre, partenaires à la vie comme à la scène, sont deux clowns voyageurs. Après une première vie professionnelle dédiée à la santé, leur expérience les a menés à la conclusion que le meilleur remède de la vie était le rire. Ils ont donc amorcé, il y a près de dix ans, un “salto avant- pirouette Denise Biellmann”.
Bee my baby, leur spectacle, est le fruit de leur rencontre, de leurs voyages et de leur amour de la vie dans toute sa diversité. Il consiste en une succession de sketchs et de personnages clownesques qui embarque le spectateur en Absurdie où rire et poésie se marient à l’infini.
Une levée de drapeau très colorée, un métro pour Hawaii, une ballerine décomplexée, un sans papier et un douanier sur une drôle de frontière, un asile de « fools », un canard et un flamand rose dans un Mambo loufoque, et bien d’autres...
"Simple et léger comme une abeille, ce spectacle nous rappelle que la vie se butine à chaque instant et que son pollen reste l’Amour !!! Lui seul au final survivra…", décrivent Nonono et Eber.





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 27 Avril 2022 - 16:18 Ecokidz espère une relève



FenuaTV by night - les galeries
image 23
image 22
La famille Brunet de sortie ! (Fest. Te Hura Nui - Sofitel Tahiti Ia Ora Beach Resort).
DSC_0364
Lucien et la Team Rétro ! (Rétro).
Christelle et Carole.
Audrey, Fare, Nainoa et Hiti.
Team Millésime & Brapac ! (Dégustation whisky – Millésime).
Kiki & Friends (Rétro).