Menu
FenuaTV
fenuatv

Inscription à la newsletter



Gare aux déchets spéciaux


Rédigé le Dimanche 23 Janvier 2022 à 09:05 | Lu 282 fois | 0 commentaire(s)


Si pour le grand public le tri des déchets est souvent un choix binaire entre bac gris et bac vert, il ne faut pas occulter certains déchets qui ne correspondent pas à ces deux cas. Dans les parutions de novembre et décembre 2021, la société Technival a voulu mieux informer les Polynésiens sur la question du tri et de certaines spécificités. Ainsi, après avoir mis l'accent sur les déchets verts et sur les DASRI (Déchets d'activités de soins à risques infectieux), la société spécialisée dans le traitement des déchets veut sensibiliser sur ceux dits spéciaux.


Par déchets spéciaux il faut entendre déchets qui représentent un danger pour l'homme mais aussi pour l'environnement. A titre d'exemple il convient de citer les plus connus que sont les D3E (Déchets d'équipement électrique et électronique), les piles, les batteries ou encore les huiles minérales. Si la collecte s'avère aisée auprès des professionnels comme les garagistes, elle demande un acte citoyen auprès de ceux qui auraient à s'en débarrasser car il s'agit de se déplacer vers un point d'apport volontaire (PAV) pas toujours prés de chez soi et bien moins pratique que la tentation du bac gris.
Le Polynésien devient chaque année un peu plus éco-citoyen conscient de la fragilité de son environnement mais il reste encore quelques irréductibles qui ne prennent pas conscience des dangers que leur désinvolture peut entraîner. Pour lui tout d'abord car il néglige les effets du plomb contenu dans les batteries qui peut conduire au saturnisme, une maladie transgénérationnelle. Et que dire de l'utilisation de ces mêmes batteries en tant que poids morts ou ancres pour la pêche. Les lagons en subiront les conséquences pour de nombreuses années. Idem pour les huiles usagées qu'il est si pratique de jeter dans la rivière.
Ces déchets, comme les fusées de détresse, peuvent être à l'origine de nombreux feux dans les décharges. Pour ce motif, au seul CET de Paihoro pas moins de 18 ont été comptabilisés en 2021. Il est bon de rappeler à ces personnes que le Code de l'Environnement prévoit des amendes forfaitaires en cas d'infraction (Article LP 4271-1 et Article LP 4271-2).
La société Technival essaye de lutter contre ces mauvaises habitudes en ouvrant par exemple une déchetterie spécifique sur son site de Tipaerui ou en sensibilisant sur la filière PAV gérée par Fenua Ma dont les emplacements sont facilement identifiables sur son site internet.
En cas de doute sur l'identification d'un déchet spécial, Technival rappelle qu'ils sont aisément reconnaissables grâce à des pictogrammes spécifiques appelés pictogrammes de danger.
La Polynésie française ne dispose pas de filière de traitement pour ces déchets spéciaux qui doivent par conséquents être exportés soit en Nouvelle-Zélande, soit en Asie ou encore en France de manière à favoriser leur revalorisation.

La collecte et l’exportation de ces déchets spéciaux sont aujourd’hui financées en partie par la Taxe pour l’Environnement, l’Agriculture et la Pêche (TEAP), qui existe depuis 2001.
Il est intéressant de savoir qu’une alternative a pu être trouvée en métropole ainsi que chez nos voisins Calédoniens qui ont pu respectivement mettre en œuvre depuis 2000 et 2018 : la REP, autrement dit, la Réglementation élargie du producteur qui les oblige à pourvoir à la gestion de certains produits en fin de vie, par la collecte, le traitement et la valorisation lorsque c’est possible.

Cette politique a permis à la Nouvelle-Calédonie un meilleur suivi de ces déchets qui s'est traduit par une explosion des volumes traités, sachant qu’elle n’avait quasiment aucune gestion de ces déchets à l’époque. Les communes qui en avaient la charge ont ainsi pu ainsi se déployer sur d'autres activités (déchetteries…).

L’intérêt pour le système local est de responsabiliser l’ensemble des acteurs à la gestion des déchets et transférer le financement du contribuable vers le consommateur en lui faisant payer le juste prix pour le traitement des déchets, lors de l’achat de ses produits.


Chiffres sur les quantités exportées de certains déchets (Sur 2020) :
Batteries au plomb : 1000 tonnes
Piles : 25 tonnes
Déchets toxiques (peintures, pesticides…) : 100 tonnes

Pour en avoir plus
Page service déchets spéciaux : Déchets spéciaux - Technival





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 29 Juillet 2022 - 11:46 La lame de PVC à poser en un clips avec SOTAPOR

Vendredi 29 Juillet 2022 - 11:37 Des formules vitaminées uniques enfin à TAHITI





Votre Fenua TV Mag de la semaine


LE SUPPLEMENT




Inscription à la newsletter




Partager ce site

Suivez-nous sur...
Facebook
Twitter
Tahiti Infos


Le coin des twittos







FenuaTV by night - les galeries
image 23
image 22
La famille Brunet de sortie ! (Fest. Te Hura Nui - Sofitel Tahiti Ia Ora Beach Resort).
DSC_0364
Lucien et la Team Rétro ! (Rétro).
Christelle et Carole.
Audrey, Fare, Nainoa et Hiti.
Team Millésime & Brapac ! (Dégustation whisky – Millésime).
Kiki & Friends (Rétro).