Menu
FenuaTV
fenuatv
Inscription à la newsletter


A partir du dimanche 16 juillet à 23h30 sur France O : Heiva


Rédigé le Mercredi 12 Juillet 2017 à 15:26 | Lu 34 fois | 0 commentaire(s)


Evénement culturel crucial ancré dans la tradition polynésienne, le Heiva se déroule tous les ans pendant près de deux mois à partir de la mi-juillet. C’est le temps des spectacles de danse, de chant, des compétitions sportives traditionnelles…
Des festivités incontournables qui réunissent toutes les générations.
Vibrez au rythme des chants et danses traditionnels polynésiens !


©Anapa Production
©Anapa Production
Le Heiva est l’événement culturel le plus attendu des Polynésiens. C’est le plus ancien festival de l’archipel : plus d’un siècle de concours de chants, de danses et de sports traditionnels, uniques au monde. Un retour à l’authenticité qui séduit des groupes amateurs et professionnels, désireux de promouvoir les traditions ancestrales. Ce 135e Heivai Tahiti, capté par les équipes de Polynésie 1ère mais également celui des Raromatai réunissent tous les férus de la culture polynésienne. Car l’ambition est la même quelque soit la discipline : faire revivre la tradition !

ENTRETIEN AVEC MANOUCHE LEHARTEL

Spécialiste du Heiva, Manouche Lehartel a été à plusieurs reprises membre et présidente du jury de ce grand concours. Femme de culture, elle a été nommée en décembre dernier à la direction du Musée de Tahiti et des îles.

Pouvez-vous dire quelles sont les origines du « Heiva » ?
Manouche Lehartel : En 1880, le roi Pomare V cède ses États à la France. En 1881, la célébration du 14 juillet donne lieu à des festivités ouvertes aux populations autochtones encouragées par l’administration française à se déplacer à la capitale, Papeete, et à y faire entendre leurs chants polyphoniques, démontrer les savoir-faire artisanaux et s’affronter en sports ou jeux traditionnels. L’année suivante, le programme s’étoffe et les délégations présentent également des spectacles de danse. Le festival des chants, des danses, de l’artisanat et des sports traditionnels est né ; ayant lieu au mois de juillet, il s’appelle Tiurai (« juillet » en langue tahitienne). Ce festival reprend en 1985 le nom utilisé par les Polynésiens aux temps anciens, Heiva qui signifie « divertissement, festivité » mais aussi « compétition ». Le Heiva i Tahiti est en juillet, chaque année depuis 137 ans, l’événement le plus populaire de nos archipels ! Il rassemble les populations de tous les districts et des îles avoisinantes pour des démonstrations et des concours de danses et de chants, d’artisanat, de jeux et sports traditionnels.

Quel rôle joue le festival dans la préservation de la culture polynésienne ?
M. L. : Depuis 1881, le rôle du festival (Heiva) est essentiel dans la préservation, la valorisation et la transmission des arts et traditions populaires. Si les Polynésiens puisent aux sources de la tradition quand ils s’expriment au Heiva, ils renouvellent les standards et montrent de la créativité, caractéristique d’une culture vivante. Sa récurrence et sa popularité en font le rendez-vous incontournable des pratiquants des arts et sports traditionnels qui s’y retrouvent, s’y confrontent, s’évaluent dans un esprit de compétition stimulant et enrichissant.

Quelle est l’implication des écoles de chant et de danse en ce sens ?
M. L. : Les écoles ont leur propre Heiva début juin, elles y montrent les fruits d’une année de travail sur une scène habituellement réservée aux formations aguerries et à l’élite des artistes. Les jeunes se familiarisent ainsi avec la scène, car ils ne peuvent intégrer une formation participant au Heiva i Tahiti avant l’âge de 16 ans. Ces écoles sont les viviers des grandes formations qui occupent le haut de l’affiche dans tous les domaines des arts traditionnels et notamment le ‘ori tahiti, la danse tahitienne.

Comment voyez-vous l’avenir du Heiva ?
M. L. : L’intérêt du Heiva est de réunir en un espace-temps de trois semaines tous ceux qui font bouger le fenua en matière d’arts et de traditions populaires. C’est un moment privilégié vers lequel convergent toutes les énergies mobilisées dès le début de l’année. On l’attend, on l’espère et on s’y rend chaque année avec enthousiasme. Acteurs ou spectateurs, il ne laisse personne indifférent. Le Heiva met en valeur nos particularités dans un monde où personne n’échappe à la mondialisation, il glorifie nos traditions, nos légendes, nos mythes, nos us et coutumes, il magnifie nos pratiques et nos arts, il nous rappelle d’où nous venons et qui nous sommes… et parce qu’il nous rend fiers d’être Polynésiens, il nous survivra…

Qu’attendez-vous de cette nouvelle édition ?
M. L. : J’attends de l’avoir vue pour savoir si elle est à classer parmi les piquettes, les grands crus ou les millésimes.

France Ô va proposer le « Heiva i Tahiti », mais également celui de Raromatai (les îles Sous-le-Vent). En quoi sont-ils différents ?
M. L. : Le Heiva des Raromatai est une initiative assez récente de la communauté des communes des îles Sous-le-Vent qui, à l’issue des Heiva organisés dans chaque île, rassemble les gagnants dans un concours inter-îles. Le lieu diffère chaque année et, en 2017, c’est Taputapuatea, à Raiatea, qui, fort opportunément, organise le Heiva i Raromatai. En effet, début juillet, le paysage culturel de Taputapuatea sera présenté au classement au patrimoine mondial de l’Unesco. Le Heiva i Tahiti est prestigieux, il réunit le plus grand nombre de formations parmi les plus renommées tant en chants qu’en danses, en associations artisanales ou en équipes de sports traditionnels. Les Heiva des archipels sont réputés plus conviviaux dans leur organisation, plus simples dans le décorum, moins sophistiqués dans le savoir-être et le savoir-faire, plus abordables dans les critères d’évaluation et finalement beaucoup plus chaleureux et authentiques que celui de la capitale. Néanmoins, le must pour tous est d’accéder au Heiva i Tahiti et réussir à inscrire son nom au palmarès !






Dans la même rubrique :
< >



Votre magazine à feuilleter




Inscription à la newsletter






Partager ce site

Suivez-nous sur...
Facebook
Twitter
Tahiti Infos


Le coin des twittos